Gregor Podgorski : C'est la vie

Sandra, Christophe et Jean (et Maud)-le texte

Bellmer, mari et femme

C’était en avril 1997. Nous nous étions rencontrés dans cette exposition de gravures d’Hans Bellmer, à l’érotisme lyrique. Sandra, Christophe et Jean (et Maud) Nous avions ensuite marché le long de la Seine en nous vouvoyant chastement, puis enchaîné, comme si ce thème s’imposait, avec l’exposition "Le surréalisme et l’amour". Bellmer encore, mais nous n’étions déjà plus tout à fait à ce que nous voyions.
Un baiser à la volée sur l’escalier de Beaubourg, un thé chinois, et nous décidâmes d’aller au cinéma. La soirée avait été belle, le film triste, nous nous quittâmes dans le métro sans parole. A Lyon, quelques jours plus tard, nous prîmes le temps de faire connaissance, dans une chambre bleue perchée sur la Croix - Rousse. Plaisir de se sentir, légers, lascifs, baignés de lumière. Sans projets et sans engagement, nous avons vécu cet été-là en goûtant chaque instant de ce bonheur juste. Un jour, au Pays Basque, nous avions même décidé pour rire que notre premier enfant s’appellerait Jean.
Six ans ont passé et nous voilà sur la photo, avec Jean, à attendre l’arrivée de Maud. Unis et confiants, nous sommes comme "la Toupie", cette sculpture charnelle et métallique de Bellmer, dressée debout, toute de seins et d’harmonie. Ainsi, nous avons choisi cette vie ensemble, comme une œuvre à travailler avec passion et patience, dans un équilibre défiant la gravité.

retour à l'image

©Gregor Podgorski ::: @contact