Gregor Podgorski : C'est la vie

Laure-Anne - le texte

La tristesse s'étend comme une tâche d'huile,Laure-Anne lente et indélébile. Je ne trouve pas de chiffon pour me nettoyer l'âme. J'ai le sentiment que tu fais partie de moi et que je vis ton absence comme une amputation. Je désire être avec Toi à tout moment, t'appréhender de manière plus tangible qu'à travers l'image floue que je compose, les bribes de conversation, les fragments imprécis de mes souvenirs.
J'en ai assez de te trouver dans l'écho d'un silence, dans un recoin ou sur des profils aperçus à la dérobée dans la rue. J'ai envie de me construire une chapelle, un espace du désir, un territoire à part, privé, qui contiennent les images, les rituels, les prières de l'amour.
J'ai envie d'être seule...

retour à l'image

©Gregor Podgorski ::: @contact