Gregor Podgorski : La rage de vivre

Le texte de Nicole

Cinq ans ont passé depuis l’annonce, il y’a eu négation puis la traversée du désert.
Mes yeux se sont ouvert sur une autre moi.Nicole J’ai accepté ma vulnérabilité.

L’envie de m’exprimer devient essentielle, j’écris des poèmes et
je continue à danser le flamenco, malgré tout.
Un autre regard. Une photo. Des rencontres et voilà que je re-vis !!!
Des seins… Dessins… Je lâche prise, je m’ouvre à l’art.
Ces portes qui semblaient bloquées, s’ouvrent à présent - l’inaccessible n’est plus.
Transformée, j’avance pieds nus vers l’horizon, je suis bien là, présente.
La vie est devant moi, je la prends à bras le corps.

Nicole
52 ans, infirmière, Val de Marne

retour à l'image

©Gregor Podgorski ::: @contact